• Questions - Suggestions

      Courriel : numeriques@ac-rouen.fr

      Suivez-nous sur Twitter :
      Logo Twitter

      Demande directe :


Mme Bompart, professeure d’histoire-géographie et EMC au collège Henri Dunant, présente une utilisation pédagogique de cartes mentales

" En classe de 4e, j’ai utilisé une 1ère fois Mindomo (application pour créer des cartes mentales) à la fin d’un cours d’histoire sur le commerce européen avec le monde au XVIIIe siècle. Avant la séance, les élèves devaient avoir relu leurs cours et avoir vu le tutoriel vidéo de Mindomo et Dukto (application pour transférer des fichiers) disponible sur le site du collège Henri Dunant

Lors de la séance, les élèves ont travaillé par groupe de 2 pour élaborer leur fiche de révision (sélectionner et hiérarchiser les informations du cours). Puis, Ils ont renommé leur carte mentale (sujet, classe, nom des élèves) dans le gestionnaire de fichiers. Ils ont ensuite envoyé sur ma tablette l’image de leur carte mentale (au format png) en utilisant l’application Dukto.

JPEG - 205.2 ko

La séance suivante, nous avons étudié les cartes mentales (vidéo projection) : nous avons relevé ensemble les aspects positifs et négatifs des différentes cartes. Au début, j’ai dû relever certains oublis et certaines erreurs dans l’organisation des cartes mentales non vues par les élèves : exemple mis au même niveau que l’idée principale, absence de liens entre différents éléments de la carte (causes/conséquences, informations mal classées).

Puis, ce sont les élèves qui devaient le faire : je commençais par demander aux auteurs de la carte mentale de s’autocorriger. J’ai ensuite rendu aux élèves leur carte mentale corrigée. Enfin, ils ont fait l’ évaluation.

Les points positifs : avec cette application, les élèves ont réalisé plus facilement que sur papier une carte mentale car on n’a pas le problème le problème de la gestion de l’espace d’une feuille de papier. De plus, la carte est plus lisible et donc plus facilement mémorisable. Je ne reprends pas ici les avantages de faire une carte mentale (élève actif dans l’apprentissage, clarification et appropriation des connaissances, hiérarchisation des informations d’un cours, liens de causalité, mémorisation...), mais il est indéniable que l’utilisation des tablettes a rendu cet exercice plus ludique (les élèves ont été très actifs et investis dans cette activité) et aussi plus rapide (les élèves tapent plus vite qu’ils n’écrivent).

L’an dernier, des élèves avaient téléchargé l’application pour eux et faisaient des cartes mentales pour revoir d’autres cours. Certains m’envoyaient leur carte mentale avec l’ENT... Cela favorise donc l’autonomie des élèves.

Pour les aspects plus négatifs : Par défaut le nom du fichier est celui du sujet central... Donc, il faut passer par un gestionnaire de fichier pour le renommer avec le nom des élèves... Sinon, on se retrouve avec plusieurs fichiers nommés de manière identique. On ne peut pas non plus paramétrer le dossier où sont enregistrées les cartes mentales.

Mme Bompart-Patchine

Niveaux : Collège | Lycée